Contenu

COP 21 Université Grenoble Alpes COP 21 Université Grenoble Alpes

  • Communauté Université Grenoble Alpes
  • COP21-UGA sur Facebook

Accueil > Actualités


Thierry Lebel, directeur du Laboratoire d’Étude des Transferts en Hydrologie et Environnement de Grenoble reçoit la médaille d’argent du CNRS

Recherche, Sciences de l'Environnement

Une distinction pour ses travaux sur la mousson africaine

vign-lebel.jpg
Thierry Lebel, Directeur du Laboratoire d'Étude des Transferts en Hydrologie et Environnement (LTHE) et Jean-Luc Redelsperger, chercheur au Centre national de recherche météorologique (CNRM), ont reçu la médaille d'argent du CNRS pour leurs travaux menés dans le cadre du programme scientifique international AMMA - Analyse multidisciplinaire de la mousson africaine. Seule une quinzaine de médailles de ce type sont attribuées chaque année en France à des chercheurs reconnus sur le plan national et international pour l'originalité, la qualité et l'importance de leurs travaux.

L'Afrique de l'Ouest a connu la plus forte décroissance de pluie observée dans le monde au cours du XXe siècle. Depuis quelques décennies, elle subit en outre des variations interannuelles marquées de la mousson, avec l'apparition d'années d'extrême sécheresse qui ont un fort impact environnemental et socio-économique. Une telle variabilité soulève des questions essentielles pour le développement durable de cette région déjà très vulnérable du fait d'une augmentation démographique parmi les plus rapides au monde.

Afin de répondre à ces questions, la communauté scientifique a mis en place le programme AMMA avec les objectifs majeurs suivants :

  • mieux connaître les mécanismes de la mousson africaine et son influence sur le climat aux niveaux local, régional et global
  • relier la variabilité du climat à ses impacts sur la santé humaine, les ressources en eau et l'agriculture en Afrique de l'Ouest, et définir les stratégies de surveillance appropriées
  • veiller à l'intégration de ces recherches dans les activités de prévision et de prise de décision des nations concernées. 
Plus de 140 institutions issues d'une trentaine de pays collaborent à ce programme.

Ainsi, quatre campagnes intensives ont été réalisées depuis plusieurs années avec la nécessité d'un déploiement instrumental sans précédent : six avions de recherche, trois navires océanographiques, des ballons-sondes et de nombreuses stations de mesure basées au sol. Aujourd'hui, les équipes travaillent sur les données acquises. Ces recherches permettront de fournir aux décideurs africains de meilleures évaluations des changements climatiques qui devraient affecter l'Afrique de l'Ouest au cours du XXIe siècle.


Puce indiquant un lien externePour en savoir plus
Mise à jour le 27 octobre 2015

Membres
Associés renforcés
Associés simples