Contenu

COP 21 Université Grenoble Alpes COP 21 Université Grenoble Alpes

  • Communauté Université Grenoble Alpes
  • COP21-UGA sur Facebook

Accueil > Actualités


L’histoire du climat se lit dans les glaces de l’Antarctique

Recherche, Sciences de l'Environnement

Évolution des concentrations atmosphériques des gaz à effet de serre sur 800 000 ans

Carotte de glace

À partir de l'analyse des glaces de l'Antarctique, des chercheurs du Laboratoire de glaciologie et de géophysique de l'environnement de Grenoble (LGGE), en collaboration avec plusieurs laboratoires internationaux, ont reconstitué l'évolution des concentrations en méthane et dioxyde de carbone dans l'atmosphère terrestre sur une période de 800 000 ans.

Le dioxyde de carbone (CO2) et le méthane (CH4) sont les deux principaux gaz à effet de serre après la vapeur d'eau. Sans eux, la température moyenne sur Terre ne dépasserait pas les -18°C. Au cours des dernières décennies, leurs concentrations ont considérablement augmenté du fait des activités humaines, avec pour conséquence un réchauffement climatique sensible.

En piégeant les bulles d'air, les glaces de l'Antarctique constituent de véritables archives de l'histoire de l'atmosphère terrestre. Leur analyse permet donc de reconstituer l'histoire climatique de notre planète. Grâce au forage EPICA d'une profondeur de près de 3300 m, les glaciologues ont ainsi réussi à tracer l'évolution des teneurs en dioxyde de carbone et en méthane sur une période de 800.000 ans.

Ces enregistrements ont confirmé l'étroite corrélation entre les températures en Antarctique et les teneurs atmosphériques en CO2 et CH4. Ils mettent également en évidence des concentrations extrêmement élevées, jamais atteintes jusqu'à présent, de ces deux gaz à effet de serre. De plus, les chercheurs ont observé une modulation des teneurs en dioxyde de carbone sur une échelle de temps de plusieurs centaines de milliers d'années. Ce phénomène pourrait résulter de l'érosion continentale qui affecte le cycle du carbone sur de grandes échelles de temps.

Ces résultats ont été publiés dans la revue scientifique Nature. Grâce à ces données de référence, les scientifiques espèrent mieux prévoir l'évolution du climat de notre planète.

 

Puce d'illustration indiquant un lien hypertextePour en savoir plus : http://www2.cnrs.fr/presse/communique/1339.htm

Ed Brook, Palaeoclimate: Windows on the greenhouse,  Nature, 453, pp. 261-262, 15 May 2008.

 


Mise à jour le 27 octobre 2015

Membres
Associés renforcés
Associés simples